Politique de recherche en santé dans l’Union européenne

“ Santé ” est le thème numéro un de la première proposition-cadre du septième programme-cadre de recherche (7e PC) de l’Union européenne pour la période 2007-2013.1 Traduire cette indication en une véritable recherche sur la santé des Européens ” Cela nécessitera une révision drastique de la politique par rapport au programme de recherche actuel (FP6, 2002-6), qui manque cruellement de dimension démographique2 et aux champions du mélange traditionnel de la science fondamentale et de la biomédecine. Le Sommet ministériel sur la recherche en santé de l’Organisation mondiale de la Santé semble tout à fait inadéquat pour soutenir les systèmes de santé3. Cette révision nécessite quatre changements principaux: la conception, le contenu, les procédures et les ressources. La conception du programme doit intégrer une idée simple mais cruciale: “ De la population à la population. ” Les recherches suscitées par les problèmes de santé d’une population doivent fournir des résultats pertinents et applicables dans cette population. Cela va à l’encontre de l’idée fausse commune dans le sixième cadre de recherche — qu’une solution à un problème biologique ou clinique trouvé, par exemple, au niveau moléculaire peut être assimilée à “ solution du problème pour une population. Ignorer la recherche orientée vers la population est non seulement naïf mais retarde les actions efficaces pour améliorer la santé ou pour prévenir les dommages à la santé, comme en témoignent les histoires des effets indésirables de l’hormonothérapie substitutive4 et des inhibiteurs de la cyclo-oxygénase 2. 5Le contenu doit être guidé par approche épidémiologique de la santé et de la maladie, en développant des enquêtes basées sur la population sur les déterminants génétiques, environnementaux, sociaux et économiques à travers les nombreux mécanismes de coordination entre les pays envisagés dans l’espace européen de la recherche. 6 Cette multiplicité devrait aider à mettre en œuvre une stratégie de recherche claire et cohérente pour la santé de tous les citoyens plutôt que d’être la somme d’études branchées sur des projets essentiellement biologiques ou biotechnologiques, souvent avec le développement de la production industrielle comme objectif clé (un reflet le premier aperçu du septième cadre de recherche7). La stratégie devrait être centrée sur la production de connaissances sous des formes pouvant améliorer la performance des systèmes de santé européens, à l’échelle mondiale et dans tous les domaines, contre les maladies ou les maladies non encore évitables pour les déterminants sociaux clés de la santé. L’évaluation de tous les types d’interventions liées à la santé est essentielle, y compris les grands essais randomisés de mesures préventives sur l’alimentation, l’exercice ou d’autres changements de style de vie (qui n’attirent pas l’industrie pharmaceutique) pour lesquels l’innovation de “ x0201d; Les projets introduits par le sixième cadre devraient être adaptés spécifiquement. Les procédures doivent être considérablement améliorées validité. Actuellement, ils ont tendance à favoriser les candidats qui sont ingénieux dans la rédaction de propositions de projets qui sont encombrantes dans la forme mais aéré dans la substance, avec des discussions diffuses sur la collaboration, la gestion, et la valeur ajoutée européenne, et # x0201d; plutôt que de donner des objectifs scientifiques précis et réalisables. Ceci est profondément anti-éducatif pour les jeunes chercheurs car il pénalise la capacité de compétitionner sur des bases scientifiques par le biais d’un examen rigoureux par des pairs professionnels et encourage les collecteurs de fonds qui peuvent «discuter» avec eux. mais pas nécessairement “ marcher la promenade. ” Les procédures devraient relier de façon ordonnée les rôles distincts des éléments politiques, scientifiques et administratifs dans la formulation et la mise en œuvre du programme. Une fois les décisions politiques arrêtées sur les thèmes généraux du septième cadre de recherche récemment proposés 1, la responsabilité clé devrait être transférée à des chercheurs actifs et pleinement compétents de tous les domaines biomédicaux, épidémiologiques et sociaux pertinents. Ils devraient formuler les sujets de l’appel à propositions dans le (s) thème (s) de la santé et évaluer le bien-fondé des projets soumis avec le soutien administratif et technique du personnel de l’UE. Les sujets ne doivent pas être spécifiés de manière trop étroite, afin de permettre la sélection des meilleurs projets de qualité par la concurrence.Dans la recherche sur les systèmes de santé, les études de haute qualité exigent autant d’imagination et de rigueur que tout autre type de recherche: limiter le Conseil européen de la recherche proposé à un instrument bienvenu pour améliorer la gouvernance scientifique de la recherche financée par l’UE. reflète une hiérarchie obsolète des sciences de première et de seconde classe qui exige également une révision urgente. Au niveau des ressources, quatre exigences ressortent. Premièrement, un financement adéquat, disons qu’au moins 20% de l’allocation totale des sciences de la vie devrait être affecté à une recherche bien identifiée sur les systèmes de santé et à la recherche sur les systèmes de santé. section du programme. Deuxièmement, des dispositions appropriées devraient être prises pour les mégastudies de grande taille et complexes, ainsi que pour les enquêtes plus petites et agiles explorant de nouvelles hypothèses dans lesquelles seuls certains des 25 pays de l’UE participent. Troisièmement, le programme devrait comporter des mécanismes permettant de consacrer suffisamment de temps aux évaluations périodiques positives sur une base concurrentielle pour réaliser des études en population, généralement plus longues que les études expérimentales ou cliniques: des mécanismes tels que le Forum stratégique européen sur les infrastructures de recherche9 peut être approprié, en particulier pour les enquêtes sur le développement de la maladie. Quatrièmement, des investissements substantiels dans l’éducation et la formation, formelles et professionnelles, devraient viser spécifiquement à renforcer les compétences dans toutes les sciences de la santé de la population. Espérons que ces propositions trouveront un moyen d’entrer dans les nouveaux programmes de l’UE. x0201c; pour la santé ” manquera sa cible et restera en grande partie un abuseur bien intentionné.