Ken Harvey démissionne par rapport à l’accord Swisse

Le partenariat controversé de l’Université de La Trobe et fabricant de vitamines, Swisse Wellness a divisé la communauté académique avec un important militant de la santé publique démissionnant de l’université en signe de protestation.

Le Dr Ken Harvey (photo) a démissionné de son poste de professeur associé adjoint à l’École de santé publique de La Trobe cette semaine en affirmant que l’entente entre l’université et Swisse comportait un conflit d’intérêts fondamental.

Le mois dernier, La Trobe a annoncé que Swisse soutiendrait un centre de recherche de 30 millions de dollars pour tester l’efficacité de la médecine complémentaire et alternative (CAM).

Swisse a accepté d’injecter 15 millions de dollars sur six ans dans le projet qui sera connu sous le nom de Centre d’évaluation des médicaments complémentaires artério-sclérose.

Dans un communiqué de presse publié par La Trobe, le vice-chancelier adjoint, le professeur Keith Nugent, a déclaré que le centre mènerait des recherches indépendantes et “assurerait la qualité et la transparence des résultats”.

Mais le Dr Harvey s’est moqué de cette suggestion, racontant que 6 minutes le communiqué de presse a ressemblé à une prise pour Swisse.

“Il y a toujours des problèmes quand une entreprise finance la recherche parce qu’il y a un danger que pour que l’argent continue, la recherche ira en faveur de l’entreprise qui la fournit”, a-t-il dit.

Dans sa lettre de démission, le professeur Harvey a écrit à propos de sa méfiance vis-à-vis de Swisse: «Plusieurs des affirmations de Swisse concernant leurs produits ont été jugées comme ayant enfreint le Code de publicité des produits thérapeutiques par le Panel indépendant de règlement des plaintes.

Il a également noté que la plupart des études utilisées par Swisse pour étayer ses affirmations étaient “faibles en ce qu’elles ont été menées sur un petit nombre de patients dans des groupes étroitement définis”.