John Haydn Martindale

​ ConsultantHonsultant hématologue North Liverpool Hospitals 1975-97 (b Wigan 1936; q Liverpool 1960; FRCPath), mort de le cancer de prostate le 30 juillet 2005. Figure 1John est devenu un conférencier en bactériologie à l’université de Liverpool en 1964 et alors registraire principal en hématologie à Liverpool Royal Infirmary. Il a été nommé pathologiste consultant à plein temps pour le groupe de North Liverpool et Southport en 1965. En 1975, il est devenu pathologiste consultant (hématologie) auprès de la Mersey Regional Health Authority avec des séances dans les hôpitaux de Walton, Fazackerley et Waterloo. Il a été nommé conférencier honoraire, Université de Liverpool, en 1980. John était un marin de dinghy passionné. Il a également eu une passion pour les chemins de fer à vapeur et a fait un cours de conducteur de moteur en 1995. Il laisse une épouse, Annie; quatre enfants; Une campagne de vaccination de masse contre la poliomyélite a été lancée lundi pour immuniser 63 millions d’enfants en Afrique de l’Ouest, mais a été boycottée par quatre Etats à majorité musulmane au Nigeria, où les dirigeants affirment La campagne d’Afrique de l’Ouest était destinée à éradiquer la maladie dans la région et s’inscrit dans le cadre des 15 années d’efforts de l’Organisation mondiale de la Santé pour stopper la transmission du virus de la poliomyélite à travers le monde d’ici 2005. Depuis son lancement en 1988, la campagne a réduit le nombre de pays où la poliomyélite est endémique de 125 à six: Nigeria et Niger en Afrique de l’Ouest, Égypte, Afghanistan, Pakistan et Inde. Mais sans la coopération des États nigérians, les responsables de l’OMS craindre que la maladie qui affecte principalement les moins de 5 ans puisse faire son retour sur l’ensemble du continent africain, qui est maintenant quasiment exempt de poliomyélite. David Heymann, épidémiologiste à la cha “Tout ce que nous pouvons faire, c’est sceller la zone autour de ces états avec des vaccinations de masse et maintenir le niveau d’immunité là-haut”, a déclaré le Dr Heymann. Le nombre d’enfants paralysés par la poliomyélite est passé de 202 en 2002 à 347 en 2002, après que des religieux musulmans de Kano, Zamfara et Kaduna (où le virus est encore endémique) ont mis en doute l’innocuité du vaccin oral contre les preuves scientifiques. Elle a ensuite été interdite (7 février, p. 306). Depuis lors, la maladie s’est propagée à des régions du Nigeria exemptes de poliomyélite et à travers les frontières de sept pays exempts de poliomyélite, paralysant au moins 20 enfants. Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Ghana, Togo et, plus récemment, République centrafricaine.Afin de convaincre les chefs d’Etat nigérians que le vaccin est sûr, le gouvernement nigérian, qui soutient la campagne de vaccination, a envoyé des ecclésiastiques et des politiciens de cinq Etats nigérians en Inde, en Indonésie et en Afrique du Sud au début de ce mois. Les responsables de Kano, le plus grand des cinq États du Nigeria, ainsi que des autres États, Zamfara, Kaduna, Niger et Bauchi, ont visité des laboratoires où des scientifiques ont testé le vaccin antipoliomyélitique et expliqué comment il fonctionnait et pourquoi il était sûr. Mais à leur retour, les dirigeants de quatre des cinq États refusent toujours de coopérer avec la campagne de vaccination en Afrique de l’Ouest, affirmant qu’il s’agit d’un complot américain visant à dépeupler des terres musulmanes. en provoquant la stérilité et la propagation du SIDA. Certains ont dit que leurs propres scientifiques avaient testé le vaccin et l’avaient trouvé impur. Seuls les fonctionnaires de l’état de Kaduna ont cédé et ont permis à des volontaires de vacciner les enfants. Le gouvernement fédéral nigérian devait faire une déclaration cette semaine (après que le BMJ Mardi), exhortant l’ensemble du pays à soutenir la campagne de vaccination. Selon des responsables de l’OMS, cela pourrait signifier que les quatre États pourraient éventuellement abandonner leur résistance.