Hors de contact

Les pharmaciens ont riposté aux déclarations provocatrices du médecin généraliste, Dr. Evan Ackermann, selon lesquelles le projet de régime d’assurance maladie mineure proposé par la pharmacie n’est qu’un effort pour augmenter les profits.

Le Dr Ackermann, président du Comité permanent national du Collège royal australien des omnipraticiens – Quality Care, a déclaré que si «l’intégrité dans l’industrie pharmaceutique n’était pas améliorée», le programme ne serait qu’un mécanisme pour augmenter la consommation de drogues.

Cependant, Anthony Tassone, président de la Guilde des pharmaciens d’Australie (Victoria), déclare que les opinions du Dr Ackermann sont «déconnectées» de celles des consommateurs australiens et du besoin de réaffecter les ressources en personnel de santé.

“Le Grattan Institute a déjà publié des résultats de recherche indiquant que jusqu’à 20% des rendez-vous avec les médecins généralistes peuvent être pour des questions non complexes qui pourraient être traitées par un autre professionnel de la santé dûment formé comme une infirmière ou un pharmacien”.

“Aussi Dr Ackermann n’a pas reconnu que les consommateurs accueilleraient un rôle d’expansion des pharmaciens. Dans un récent sondage mené par le Consumer Health Forum auprès de plus de 500 consommateurs l’année dernière, il y avait un large soutien pour un rôle plus important des pharmaciens dans les soins primaires.

“Toute inférence d’une pratique inappropriée par le Dr Ackermann est dénuée de tout fondement et irrespectueuse envers ses collègues professionnels de la santé.”

Dans son article dans MJA InSight, Dr Ackermann a affirmé que «certains pharmaciens suivent le schéma de transformation de la Guilde pour élargir les sources de revenus en participant à des cours éducatifs pour augmenter les bénéfices des ventes de médicaments S2 et S3. La formation comprend la promotion de tactiques de vente par le biais de «lignes de ramassage» pour engager les consommateurs dans des consultations sur les maladies mineures ».